Connaitre Florence Italie
Home Hôtels Bed and breakfast Visiter Connaitre Divertissements Manger Magasins Itinéraires et Excursions
Recherches site Site Map Écoles Artistes de Toscane Événements Informations Utiles Transports Contacts

Connaitre Florence Italie
Généralité de Florence
Histoire de Florence
Images de Florence
Photos historiques de Florence
Inondation de Florence
Évènements annuels Florence
Renaissance Florence

Histoire de Florence Italie


'Florence, ville artistique pour excellence, à Florence nacquirent des personnages insigni comme Donner, Boccaccio, Machiavelli et Galilée Galilei. Florence a en outre été ornée des oeuvres de Michelangelo, de Brunelleschi, de Botticelli, de Donatello et de Giotto.'

N'importe qui tu visites Florence ne reste pas jamais déçu ! Ces merci à un héritage culturel et artistique presque unique en Europe et dans le monde, qui a sa de base dans le moyen âge et sa la plus grande splendeur dans le rinascimento. Florence, ensemble à Rome, est l'histoire de notre civilisation. À Florence, dans le XV siècle, elles vinrent postte les bases pour faire rifiorire à art et culture. Ici, des merci à des écrivains comme Donner, Petrarca et Machiavelli, nacquit la culture et la langue italienne. Des artistes comme Botticelli, Michelangelo et Donatello, en firent une des capitales artistiques du monde.

Un morceau d'histoire


Porta Romana Florence Florence fut fondée des Romains dans le 59 a.C., qui la baptisèrent Florentia. On remarquent 'carde maximus' dans l'actuelle Étranglent, des Speziali et du Cours ; et le 'decumanus' en Calimala, Rome, Por Saints Maria. Dans l'actuelle Place de la République on trouvait le Trou. Pendant la période impériale la ville augmenta sa richesse, divenne active centre commercial où ils actionnaient beaucoup d'artisans, qui ensuite rendront célèbre Florence. Pendant les invasions barbares la ville subi` installations de perte des Ostrogoti, des Bizantini et des Goti de Totila. Il fut dans cette période que les habitants se ramassèrent autour des Évêques, dans les monasteri, qui devinrent des centres de culture et du travail. Elle fut conquise ensuite des Longobardi dans VOUS siècle, et seulement successivement la ville émergée des brouillards du moyen âge comme cité indépendante. Lorsque les Longobardi furent vaincus des Francs, la Duca fut substituée des Conte ; successivement à Conti ils se passèrent les Marquis. Florence rejoignit les plus hauts sommets de splendeur entre le XI et le XV siècle, en devenant un des majeurs centres de pouvoir en Italie, en équilibre entre l'autorité des Empereurs et cette des Papi, en dépassant la malaise des batailles internes entre Guelfi et Gibelins. Dans le XV siècle Florence passo` sous la Domination des Médecins, de la très riche dynastie de banquiers qu'en suite divennero Granduchi de Toscane. Florence et toute la Toscane restèrent sous la domination des Médecins pour trois siècles. Elle fut celle-ci la période de plus grande splendeur de la ville, du point de vue artistique, culturel, politique et economique. La ville crut en mode epouvantable : des peintres, scultori et architectes remplirent des routes, églises et palais avec les plus grandes oeuvres du rinascimento. Au Granducato des Médecins passées, dans le XVIII siècle, celui de la Lorena, jusqu'à 1860, an où la Toscane entro` à faire une partie du Règne d'Italie, dont Florence fut capitale de 1865 à 1871.

Florence, 1000-1300


Florence Old Bridge La ville de Florence en i siècles XI et XII s'étend et rejoignit à sud, le rivage droit de l'Arno. Au-delà du fleuve ils se lèvèrent les premiers bourgs, et donc dans le 1172 elle fut construite une deuxième ceinte muraria. Pour combien il concerne les bourgs renfermés dans la première enceinte muraria, l'tissé urbain ère très épais, constitué surtout des maisons et des tours défensives, par contre entre la première et la deuxième ceinte l'du bâtiment ère beaucoup plus de rade et régulière, formée en particulier des maisons à rang. À travers i des siècles XII et XIII la ville augmente sa force commerciale merci à la naissance d'un grand nombre d'artisans, fabbri, cordonniers, et orfèvres. À la fin des 1100 les villes il rejoignit son autonomie communale. Dans le 1200 le Gouvernement était constitué des Consuls, avec l'aide des Conseils citadins. Qui détenaient le pouvoir erano choisis dans les classes elevées : cause de ceci fut la naissance de rivalité entre les familles plus riches. Les familles erano en effet réunies en alliances et les maisons croissaient en hauteur, en devenant à l'occurrence des forteresses et avec le secours de ponts mobiles, les familles alliées, ils formaient un système de tours défendables facilement. Les discordes entre les majeures familles devinrent toujours plus graves et portèrent à la formation de deux partis : les Guelfi, fidèles à la Papa osteggiavano l'Empereur, et les Gibelins, que fidèles à l'Empereur osteggiavano la Papa. Au debout les Gibelins eurent le dessus, mais leur passé fut bref : dans les 1250 les Guelfi ils prirent le pouvoir. La Commune eut un système constitué de la Domination et la ville eut une période de grande prosperité. Dans cette période ils vinrent des stipuleti les traités d'alliances avec Lucque, Sienne, Arezzo et les achats de Volterra, de San Gimignano, de Poggibonsi. Ce bien-être fit rallumer les batailles entre Guelfi et Gibelins : après une brève période de domination Gibeline les Guelfi reprirent nouvellement le pouvoir et affirmèrent définitivement leur domination sur la ville. Grande importance eurent les Corporations divisées en Majeuux et les Mineurs : entre celles-là majeur y erano l'Art de la Laine, cette de Calimala, cette des Juges et des Juges, Medici et de Speziali, qui portèrent dans la ville encore des majeures richesses et de bien-être. À la fin du XIII siècle, il est défini centre politicien et religieux de la ville, avec la construction des Cattedrale de Saint Maria de la Fleur et du Palais Vieux. Le triomphe de je peuple, porto` même à renverse sa langue le 'vulgaire', qu'on affirmait comme langue écrite et parlée, parce qu'entre tous les dialetti était le plus harmonieux. Avec la richesse il vint le désir de rendre la ville plus belle, émergent les premières personnalités fiorentine comme Cimabue, Gaddo Gaddi pour la peinture, Arnolfo de Change pour la sculpture, et on annonçait le génie Donner et de Giotto. Ltre demanda s'ajoutèrent au Baptistère et à l'église de Saint Reparata : S. Michele Visdomini, SS. Apôtres, San Nicolo` et Santa Margherita Sopr'Arno.

Florence, 1300-1400


Santa Maria Novella Florence Dans la première moitié du Troisième siècle ils arrivent des évènements très importants pour la vie sociale et economique fiorentina. Des merci à la grande croissance soient sociales qu'urbanistica nacquirent des nombreux centres habités. Au début du siècle l'tissé urbain de la ville et les lignes de je développe mises à point dans le siècle précédent ne subissent pas de modifications de fond. La dernière cerchia muraria fut entamée dans le 1248 et fut complétée dans le 1333 : telle cerchia incluait les bourgs et les nouvelles installations productives, religieuses, qui erano formés à l'extérieur de quelques portes de se mure préexistant. Quelque des nouveaux poles erano nés pour l'action déroulée de divers ordres mendiants (Carmelitani, de Franciscains). Tels Ordres erano depuis longtemps insediati en proximité de la précédente cerchia, le long des parcours principales : Romaine, les voies vers le Valdarno, les Pratese et Pistoiese, les vers le Mugello et valichi vers Bologne. Outre cet erano tu présentes même à installations de caractère patrizio, qui créèrent des importantes transformations dans tissé urbanistico. Tout ceci fut supporté particulièrement des familles piu` riches, qui avaient des intérêts très forts dans la campagne. Autres modifications se produisent dans l'aire dans la cerchia ancienne du 1078 et présupposent une réadaptation de la ville de Florence aux nouvelles exigences fonctionnelles et surtout de l'image. Dans ce siècle transformations considérables en ce qui concerne le tissé citadin. Les grandes familles erano protagonistes de l'accorpamento des propriétés du bâtiment, et des transformations tipologiche. À eux on doit à la création de beaucoup de structures comme hôpitaux et les patronages religieux. Les règles qui soignaient la ligne référée aux initiatives de caractère je publie étaient émanées de la Magistrature et des organes de la Commune. Une autre importante nouvelle ligne de transformation était cette des initiatives d'edificazione ; les promotori erano en genre organes religieux ou autres corporations, comme les Membres. Florence du XIV siècle était beaucoup rénovée par rapport au siècle XIII, mais le modèle de fonctionnement était toujours le même. L'tissé urbain ère configuré selon une conception hiérarchique et r3fléchissait ensuite la structure hiérarchique des institutions de l'époque. Après l'achèvement de la dernière cerchia muraria, le territoire vint organisé en quatre quartiers, chaque quartier était divisée en quatre gonfaloni. Dans la zone piu` ancienne, (celle autour du Marché Vieux) y erano les résidences et boutiques de beaucoup d'anciennes familles, outre les sièges politiques principaux. Particulièrement erano insediate les sièges des Membres principaux. À la partie piu` ancienne de la ville, du contrapponevano les places autour des Cattedrale et au Baptistère de Florence. La bande entre l'avant-dernière cerchia et la dernière ère dense des maisons et des boutiques de petites dimensions ; ici ils se trouvaient les grands édifices des conventuali ou religieux des ordres mendiants fransiscains et dominicains. Dans cette zone erano tu présentes un grand nombre de tours, dont quelques elles furent incorporées dans autres édifices. En correspondance de petits slarghi on trouvait les Logge qui accueillaient des réunions, rencontres et en devenant le 'coeur' des rapports de la vie fiorentina. Dans je centre de la ville de Florence on trouvait beaucoup de chantiers ouverts, thèse à réaliser des oeuvres de prestige ; ils poursuivaient en effet les travaux des Cattedrale (Sainte Maria de la Fleur), dans laquelle il travaille soit Giotto que Talents (le Clocher du Dôme). Prochains au Dôme ils se lèvèrent, l'église d'Orsanmichele et la Loggia de Bigallo ; en phase de construction erano la Loggia du Marché, et la Loggia des Lanzi. Toujours dans cette période elles sont refaites l'église dominicaine de Saint Maria Nouvelle, et celle fransiscaine de Saint Croce ; il est construit le musée du Bargello et la risistemata Place Domination. On travaillait même au Pont à la Carraia et au Pont Vieux (reconstitué dans 1345). Une caractéristique importante ère cette de la présence de boutiques sur les ponts (aujourd'hui sont restées seulement sur Pont Vieux, les autres en grande partie détruits du bombardamente de la Guerre Mondiale).
La plupart des travaux de renouvellement architectural de la ville de Florence, furent confiées à Arnolfo de Change, que les realizzo'avec un style Gotico. La ville tendait à se diviser en deux parties distinctes : un piu` central située à nord du fleuve, l'autre piu` extérieur situé autour de la première. Le cours de l'Arno fonctionnait de asse portant pour toute la ville. En ce qui concerne les classes urbaines nous devons nous rappeller de que les classes hautes ne dédaignaient pas contacte avec les classes subordonnées ; tissé sociale ère mixte et auprès du palais du noble souvent on appuyait les boutiques, les laboratoires des artisans. À la fin du siècle il y a des liaisons toujours piu` serrées entre les citoyens de Florence et la campagne. Le paysage est modifié de l'interesse des citoyens d'investir en résidences dehors ville et assume attends construit et dessiné qu'il continue à frapper les visiteurs qui viennent à Florence.

Florence, 1400


Santa Croce Florence Les Quatre cents il est pour la ville de Florence, un siècle de grande reprise, soit economique que culturel. Elle est principalement la ville de Florence que vie à ces nouvelles impulsions, en exprimant le concept de renaissance, de renouvellement de l'art, qui donnera de la vie au Rinascimento. La ville devient le fulcre de ce mouvement culturel. Le Rinascimento depuis sa première phase de formation, autour des débuts des Quatre cents, développe des thématiques nouvelles, en s'accostant aux anciennes avec ésprit d'innovation. Le mouvement apparaît étroitement connexe avec la nouvelle bourgeoisie fiorentina, et vraiment la nouvelle classe, constituée des familles des Pitti, des Rucellai, des Médecins, de Strozzi, devient des promotrice de la nouvelle culture et du nouveau je goûte architectural. Nous pouvons considérer la famille des Médecins comme plus active ; en collaborant d'abord avec Cosimo le Vieux, ensuite avec Lorenzo le Magnifique, et en suite avec autres artistes et philosophes mettent à point une conception de l'uomo qui exprime les désirs de la nouvelle Domination. Dans le domaine de la culture fiorentina du Rinascimento, de Cosimo le Vieux, qui était à la tête de ce grand mouvement de renouvellement, de proteggendo les artistes, encourage les initiatives du bâtiment et artistiques profits à la ville. Grande ferveur eut en champ littéraire, avec Poggio Bracciolini, Coluccio Salués ; en champ philosofique, avec Marsilio Ficino qui rénove l'Académie Platonique à Careggi ; dans l'architecture nous trouvons, Filippo Brunelleschi, Michelozzo Michelozzi, Leon Battista Alberti, Bernardo Rossellino, Giuliano de San Gallo. Principal je stimule de ce travail est étudie de l'art, de la culture et de la philosophie grecque et romaine, qui était étudiée en mode scientifique. En employant les techniques traditionnelles et en les fondant avec une nouvelle conscience, (en cherchant au même temps d'approfondir l'enquête vis-à-vis de l'réel et de la nature) artiste rinascimentale il travaille en unissant la connaissance scientifique à l'art. Nature et art, deviennent deux facteurs détérminants ; la perspectif devient moyen fondamental de connaissance pour mesurer et reproduire la réalité. Ces nouvelles études donneront des splendides résultats dans le champ de la peinture de la sculpture et de l'architecture. Dans le champ de l'architecture les nouvelles études trouvent répondue dans les artistes comme Donatello, Masaccio et Brunelleschi. Le capolavoro de ce j'achève est la Coupole de S. Maria de la Fleur, qui reprend en mode complète son activité. Outre la Coupole, il travaille à l'Hôpital des Innocents, à la Sacrestia Vieille de San Lorenzo, à l'Église de San Lorenzo, à l'Église de S. Spirito, Palais Pitti et diriga les travaux de la Chapelle des Fous. Il est vraiment dans cette période qui sont construites les beautés architecturales qui tout le monde nous envient ; il est même des merci à se succéder d'artistes de grande importance qui Florence est devenue une des principaux buts pour le tourisme international.


© - Powered by Toscana by Net - Email: info[at]firenze-online.com